L'histoire

CroppedFocusedImage160076850 50 Eiffel Top Regarder les vidéos

HISTOIRE DEPUIS 1986

Bungy, ce mot qui accélère le pouls et qui fait travailler l’imagination représente le défi et l’excitation du fait de faire confiance à un bout d’élastique et de se jeter dans le vide. Pour le sauteur, le challenge est de vaincre ses peurs afin de pouvoir dire : « Je l’ai fait ! ».

La formidable aventure du Bungy est née dans l’archipel des Nouvelles-Hébrides, où l’étonnant rite du Gaul est perpétué encore aujourd'hui par les habitants de Bounlap (cannibales respectés des Iles de Pentecôte).

L’histoire raconte qu’un jour, poursuivie par un mari jaloux, une jeune femme se réfugia dans un arbre. Empli de fureur, l’homme allait la rattraper, lorsque, stupéfaction, la femme se jeta dans le vide ! Ruse et intelligence : elle avait, auparavant, pris la précaution de s’attacher les pieds à une liane proche. Son mari la suivit dans sa chute … mais sans aucune liane…

Depuis, les hommes pratiquent ce rite une fois par an pour le passage à la vie d’adulte et également afin d'obtenir la promesse d’une abondante récolte d’igname.

Le phénomène du Bungy (saut à l’élastique) fut révélé au monde entier par un jeune néo-zélandais, très innovateur, du nom de A.J. Hackett

L’intérêt d’A.J. Hackett pour le saut à l’élastique fut éveillé en 1986 par un clip dans lequel le club des sports dangereux de l’université d’Oxford effectuait des sauts. De là, l’imagination de A.J. prit le dessus, il s’associa avec Chris Sigglekow et commencèrent à expérimenter avec de l’élastique en latex, de l’équipement d’escalade et des harnais de parachute jusqu’à s’assurer que le Bungy pouvait être pratiqué avec précision tout en étant sécurisé. A la suite de tous ces tests, ils débutèrent à sauter depuis de nombreux ponts partout autour de l’île du Nord de Nouvelle-Zélande.

Au début de l’année 1987, A.J. fit un voyage en Europe avec l’équipe nationale de Nouvelle-Zélande de « speed skiing » (kilomètre lancé), avec son ami Henry Van Asch, ils en profitèrent pour trouver de nouveaux moyens de sauter à l’élastique sur de nouveaux sites. Ils sautèrent de structures plus élevées pouvant atteindre 150m tout en approfondissant les recherches sur de nouveaux équipements et de nouveaux systèmes qui permettrait à terme à A.J. de faire ce qui fût considérer comme le premier d’une longue série de sauts « extrêmes ». A la station de ski de Tignes en Savoie, A.J. fit un saut depuis un téléférique touchant même la neige 91m plus bas. Ce saut à l’élastique se déroula parfaitement ce qui permit donc de pouvoir prédire les réactions du Bungy (élastique) même par -20°c…

En Juin 1987, AJ effectua le fameux saut de la Tour Eiffel, rattaché à un élastique par les chevilles. Ce saut attira l’attention des médias du monde entier et fut à l’origine de la renommée internationale de A.J. Hackett, qui rejaillit encore aujourd'hui sur son entreprise !

A.J. et son ami Henry Van Asch décidèrent de s’associer, ce qui marqua le début d’une période passionnante de recherche et de développement. Pour eux, le saut à l’élastique symbolisait un style de vie parfait, une aventure sans fin créée par 2 amis qui souhaitaient toujours repousser plus loin les limites. Après le saut de la Tour Eiffel, il partit avec Henry Van Asch et Chris Allum en Nouvelle-Zélande pour y installer des sites de sauts à Ohakune et à Queenstown. Cette position de société spécialisée dans l’extrême fut étendue avec l’ouverture de sites à Cairns en Australie, à Las Vegas, à Bali, en Normandie à Acapulco et Macao.

La société fut créée par des aventuriers qui destinent leurs activités à tous ceux qui veulent partager cette aventure. C’est aujourd’hui la seule société à proposer une telle gamme d’activités extrêmes. En tant que leader mondial d’activités extrêmes, AJ Hackett International s’efforce de fournir des expériences uniques, un service de qualité, une communication ciblée et s’entoure d’une équipe de professionnels. Notre mission est de continuer à développer des produits reflétant nos valeurs et les aspirations de ceux qui les expérimentent.